Public Home > SCHOOL PICTURES IN HAITI. > Petit Séminaire Collège St. Martial.

Petit Séminaire Collège St. Martial.

Prepared & Maintained by Emmanuel Ardouin; eardouin@hotmail.com

Photos brought to you by: Ronald Patrice, Johny Conrad Chandler, Raymond Marcel Coulanges, Jean Claude Bélidor, Jacques Léon Emile, Moise Jean-Brunel, Perry Pacouloute, Georges Hudicourt, Leslie Roy, Emmanuel Ardouin, Christian Nicolas, Patrice Dauphin, Jean-Robert Morel, François Adrien, Jean-Bernard Riboul, Edouard Francoeur, Guy Mompoint, Patrick Joseph, Réginald Paul, Jacques Léon-Emile, Pierre Louis-Charles, Lesly Leroy (SLG), Frankie Morone, Clio Liautaud, Weston Etienne, Hervé Fanini Lemoine, Guy Carrié, Gary Moise, Ronald Lemieux & Réginald Lohier.

Les spiritains et le séminaire-collège Saint-Martial en Haïti
par Philippe Delisle
Maître de conférences
à l'Université de Lyon III.

Dans son célèbre ouvrage "Haïti ou la République noire", l'ancien consul britannique Spenser Saint John affirme que le séminaire - collège Saint Martial constitue "la meilleure école" du pays. Entrés en Haïti à la faveur du concordat signé entre le Saint-Siège et Haïti en 1860, les Spiritains se voient confier la direction de cet établissement dès sa fondation. Ils en feront un exemple d'enseignement ouvert et moderne.

Un collège fondé avec l’appui du gouvernement

L’archevêque de Port-au-Prince songe à fonder un petit séminaire collège en Haïti dès 1861. L’établissement est finalement ouvert en 1865, sur un terrain donné par le gouvernement à proximité de la capitale. Placé sous la direction d'un ancien aumônier de Marine, l'abbé Dégerine, le nouveau collège accueille seulement une quarantaine d'élèves durant l'année 1866, Cependant, les inscriptions augmentent rapidement, au point que les locaux deviennent trop exigus. Le président Nissage-Saget propose à l'archevêque un terrain près de la cathédrale et des travaux sont lancés. En octobre 1870, alors que les spiritains sont pressentis pour reprendre la direction de l'établissement, le bâtiment secondaire est achevé, les fondations du corps principal sont posées, et le gouvernement s'engage à salarier un supérieur, un économe et quatre professeurs.

L’intervention des pouvoirs publics, qui fournissent gracieusement des terrains et prennent en charge le salaire des enseignants, ne doit pas surprendre. Depuis ses débuts, la " République noire " manque cruellement d'écoles et de personnel pour les animer. En l'absence de structures d'enseignement satisfaisantes, les élites du pays ont dû se résoudre à envoyer à grands frais leurs enfants étudier outre-Atlantique. L’installation à Port-au-Prince d'un collège catholique comble donc les attentes des classes dirigeantes. L’implication de la congrégation du Saint-Esprit, qui administre déjà les petits séminaires des Antilles françaises, apparaît certainement comme un gage de réussite. Le recours à une congrégation permet de disposer d'un personnel suffisant et adapté aux différentes tâches. En avril 1873, le collège Saint-Martial emploie 6 Pères du Saint-Esprit, 4 Frères et un postulant.

Le pari de la modernité.

Désireux de s'attirer les bonnes grâces des élites locales et de conserver le soutien de l'administration, les spiritains choisissent de développer un enseignement de qualité et surtout de jouer la carte de la modernité. En mai 1875, engageant le gouvernement à promulguer une loi qui augmentera les subventions, le journal d'inspiration catholique Le Peuple souligne que le petit séminaire de Port-au-Prince est "un véritable collège ( ... ) ayant le même programme que celui des lycées de Paris". Il ajoute que l'établissement possède "une bibliothèque à l'usage des élèves", tente de constituer "un cabinet d'histoire naturelle", et bénéficie même d'un "immense bassin où les enfants peuvent ( ... ) apprendre la natation". Un peu à l'image des missionnaires jésuites dans la Chine du XVIème siècle, les spiritains cherchent à attirer l'attention des élites en promouvant la science européenne.

En novembre 1875, le journal Le Peuple rend hommage au Père Weik, qui a organisé deux ans plus tôt une compagnie de pompiers avec les élèves du séminaire collège. L’organe de presse rapporte que les jeunes soldats du feu viennent de se doter d'une pompe à vapeur et évoque avec émerveillement la démonstration spectaculaire effectuée dans la rue des Fronts-Forts. A la fin de l'année 1881, le même journal remarque incidemment que, lors de la distribution des prix au collège Saint-Martial, le Père Weik a "réjoui" l'assistance "avec la lumière électrique", véritable "soleil qui ne brûle pas".

Les réalisations annexes frappent les esprits et ébranlent même les défenseurs de l'enseignement public. Dans un ouvrage publié en 1906, un ancien député qui s'était battu pour réhabiliter le lycée national, concède que les professeurs du séminaire collège ont apporté à Haiti plusieurs "fondations d'une utilité réelle et incontestable ". Il cite d'abord la compagnie de pompiers fondée par le Père Weik. Il observe ensuite qu'en 1878, les enseignants de Saint-Martial ont créé une station météorologique. Un observatoire a été installé dans un ancien fortin situé à l'angle Nord-Ouest de l'établissement. Enfin, l'auteur indique qu'au début des années 1880, le Père Weik a décidé d'exposer à l'intérieur du collège "des curiosités naturelles et des souvenirs historiques". Il remarque que cette initiative a donné naissance au seul musée du pays jusqu'en 1904.

Une oeuvre épargnée par les attaques anticléricales

A partir des années 1870, à la fois en réponse aux exigences du clergé et en adéquation avec l'évolution politique française, un vigoureux anticléricalisme s'affirme au sein des élites locales. Sans doute parce qu'ils concourent à former les élites et manifestent un certain goût pour la modernité scientifique, les professeurs du séminaire collège semblent relativement épargnés par les attaques anticléricales. Les critiques à l'égard du collège Saint-Martial restent fort ponctuelles. En janvier 1876, le président Domingue déplore par exemple que le petit séminaire collège n'ait pas réussi à susciter un nombre important de vocations sacerdotales parmi la jeunesse haïtienne. Deux ans plus tard, après avoir souligné la réussite de la récente cérémonie de distribution des prix, le journal officiel haïtien s'étonne que la commission publique d'examen ne soit pas autorisée à évaluer la qualité de l'enseignement dispensé. Les vœux de l'administration seront comblés quelques années plus tard, puisqu'à partir de 1886, le séminaire collège, qui dépendait de l'administration des Cultes, est rattaché au ministère de l'instruction publique, et donc soumis à la visite périodique d'inspecteurs publics. Huit ans plus tard, l'établissement adopte même les programmes officiels haïtiens.

Aux Antilles françaises.

Reprenant à partir de 1871 la direction du petit séminaire collège de Port-au-Prince, les spiritains en ont rapidement fait un établissement de prestige, très prisé par la bourgeoisie locale et choyé par les gouvernements successifs. Les congréganistes bénéficient évidemment d'un contexte assez particulier. Dans une " République noire " de plus en plus désorganisée économiquement, la réhabilitation des lycées nationaux demeure à l'état de projet.

Aux Antilles françaises, la donne est bien différente. Les élites de couleur qui accèdent aux responsabilités politiques dans les années 1870 en s'appuyant sur le retour du suffrage universel professent-elles aussi un vigoureux anticléricalisme. Mais, contrairement aux dirigeants haïtiens, elles peuvent compter sur le soutien de la métropole pour développer rapidement un enseignement laïc. L’exemple de la Martinique est tout à fait significatif. Le séminaire collège administré par les spiritains, qui avait jusqu'alors joui d'une véritable situation de monopole, doit subir à partir de 1881 la concurrence d'un lycée public solidement organisé. Les élèves de couleur et les boursiers délaissent immédiatement l'établissement religieux, qui perd le soutien financier administratif.
Le cas de la caraïbe francophone démontre donc que la stratégie des congrégations missionnaires n'est pas monolithique et que les situations de terrain imposent de profonds aménagements. Devenus en Hai'ti les formateurs relativement "progressistes" des élites noires, les spiritains sont considérés dans d'autres îles comme les défenseurs d'un certain conservatisme blanc...
--------------------------------------------------------------------
1- Le P. Weik au milei d'un groupe de personnalités haïtiennes. Premier directeur de Saint-Martial, il est aussi le créateur de la compagnie de pompiers de l'établissement, de l'observatoire et du premier musée dans le pays.
2- Le séminaire-collège Saint-Martial en 1884.

Slideshow | Invite
Mr. Alix Saintil, New York. 2009
241
Mr. Alix Saintil, New York. 2009
Order photo
840 views
 
Mr. Patrick Thézan, USA 2009
242
Mr. Patrick Thézan, USA 2009
Order photo
973 views
 
Emmanuel Ardouin, Jacky Verna & Patrick Thézan.
243
Emmanuel Ardouin, Jacky Verna & Patr…
Order photo
884 views
 
Mr. Frantz Dorismond, USA 2009
244
Mr. Frantz Dorismond, USA 2009
Order photo
898 views
 
Mr. Raymond Marcel Coulanges,
245
Mr. Raymond Marcel Coulanges,
Order photo
839 views/1 сomments
Mr. Yves Gerald Souffrant, Florida 2010
246
Mr. Yves Gerald Souffrant, Florida 2…
Order photo
901 views/1 сomments
Mr. Bob Duval, Haiti 2010
247
Mr. Bob Duval, Haiti 2010
Order photo
621 views
 
Mr. Jacques Deverson, Florida.2010
248
Mr. Jacques Deverson, Florida.2010
Order photo
644 views
 
Mr. Johny Conrad Chandler, Haiti
249
Mr. Johny Conrad Chandler, Haiti
Order photo
671 views
 
Mr. Gary Metayer, Florida 2010
250
Mr. Gary Metayer, Florida 2010
Order photo
692 views/2 сomments
Mr. Christian Nicolas, Florida 2010
251
Mr. Christian Nicolas, Florida 2010
Order photo
515 views
 
Dr. Mario Lavelanet. 2011.
252
Dr. Mario Lavelanet. 2011.
Order photo
690 views
 
Mr. Bobby Wawa, Haiti 2011
253
Mr. Bobby Wawa, Haiti 2011
Order photo
772 views/2 сomments
Mr. Dominique Simon, Haiti
254
Mr. Dominique Simon, Haiti
Order photo
511 views
 
Mr. Lionel Liautaud, Haiti 2011
255
Mr. Lionel Liautaud, Haiti 2011
Order photo
871 views
 
Mr  Alix Saintil, New York
256
Mr Alix Saintil, New York
Order photo
487 views
 
Mr. Georges Duret
257
Mr. Georges Duret
Order photo
309 views
 
Dr. Alix Céant, New-York 2012.
258
Dr. Alix Céant, New-York 2012.
Order photo
248 views
 
Mr. Errol Adolphe, P.E., PMP., Texas
259
Mr. Errol Adolphe, P.E., PMP., Texas
Order photo
201 views
 
Mr. Alex Dolce., Haiti 2013
260
Mr. Alex Dolce., Haiti 2013
Order photo
206 views
 
Mr. Jean Maurice Buteau, Haiti 2013
261
Mr. Jean Maurice Buteau, Haiti 2013
Order photo
235 views
 
Mr. Ralph Kernizant, Haiti 2013
262
Mr. Ralph Kernizant, Haiti 2013
Order photo
239 views
 
Emmanuel Ardouin & Jean Maurice Buteau, Haiti 2013
263
Emmanuel Ardouin & Jean Maurice Bute…
Order photo
202 views
 
Advertise on Fotki
Advertise on Fotki